L’homme qui voulait être heureux (Laurent Gounelle 2009)

- En réalisant votre projet, puisqu’il vous tient à cœur, vous ne rejoindrez pas une catégorie de gens, vous serez juste vous-même, exprimant vos talents, en accord avec vos valeurs.
- C’est vrai, je dois garder ça à l’esprit.
- Oui.
- Vous savez, j’ai déjà un peu parlé de ce projet à deux personnes de mon entourage, et je dois dire qu’elles m’ont un peu refroidi.
-Pourquoi?
- L’une m’a dit que la profession était sûrement fermée et que je n’arriverais pas à y faire ma place en débarquant comme ça, sans diplôme ni relations. L’autre m’a objecté qu’on ne montait pas ce genre d’activité du jour au lendemain en démarrant sans clientèle, et que je n’avais pratiquement aucune chance de réussir.
- Toute les personnes qui ont l’idée d’un projet rencontre ce problème.
- C’est-à-dire?-Quand vous parlez d’un projet autour de vous, vous recevrez trois types de réactions : les neutres, les réactions d’encouragement et les réactions négatives qui tendent à vous faire renoncer.
- C’est clair…
- Il faut à tout prix vous éloigner des personnes dont vous sentez qu’elles pourraient vous décourager. En tout cas, ne leur confiez pas vos projets.
- Oui, mais, d’un certain côté, cela peut être utile que des gens vous ouvrent les yeux si vous faites fausse route.
- Pour cela, adressez- vous uniquement à des connaisseurs dans le domaine qui vous intéresse. Mais il ne faut pas vous confier aux personnes qui chercheraient à vous décourager juste pour répondre à leur propres besoins psychologiques. Par exemple, il y a des gens qui se sentent mieux quand vous allez mal, et qui font donc tout pour que vous n’alliez pas mieux! Ou d’autre qui détesteraient vous voir réaliser vos rêves car cela leur rappellerait leur absence de courage pour réaliser les leurs. Il existe aussi des gens qui se sentent valorisés par vos difficultés parce que cela leur donne l’occasion de vous aider. Dans ce cas, les projets qui viennent de vous leur coupent l’herbe sous le pied, et ils feront ce qu’ils peuvent pour vous dissuader. Cela ne sert à rien de leur en vouloir car ils font cela inconsciemment. Mais il est préférable de ne pas leur confier vos plans. Ils  Il vous feraient perdre votre confiance en vous. Vous vous souvenez qu’hier nous avons parlé du bébé qui apprend à marcher et ne se décourage jamais, malgré les échecs à répétition?
- Oui.
- S’il persévère et finit par réussir, c’est notamment parce qu’aucun parent au monde ne doute de la capacité de son enfant à marcher, et aucune personne au monde ne va le décourager dans ses tentatives. Alors qu’une fois adulte, nombreux seront les gens qui vont dissuader de réaliser ses rêves.
- C’est sûr…
- C’est pour cela qu’il convient de vous éloigner de ces personnes-là ou de ne pas leur parler de vos projets. Sinon, vous rejoindrez les millions de gens qui n’ont pas la vie qu’ils désiraient.
- Je comprends.
- En revanche, il est très positif d’avoir dans votre entourage une ou deux personnes qui croient en vous.
- Qui croient en moi?
- Quand on se lance dans un projet qui représente un certain enjeu, on passe forcément par des hauts et des bas. On y croit, on en a envie, et puis, d’un seul coup, on a des doutes, on n’y croit plus, on ne se sent plus capable, on a peur du changement, de l’inconnu. Si l’on est seul dans ces moments-là, il y a de forte chances que l’on renonce, que l’on abandonne. S’il y a dans votre entourage une personne qui croit en vous, qui croit en votre capacité de réussir votre projet et vous le fait sentir quand vous la voyez, cela balayera vos doutes, et vos peurs s’effaceront comme par magie. La confiance en vous que cette personne vous témoignera sera contagieuse. Elle vous insufflera la force de réussir et vous donnera l’énergie de déplacer des montagnes. On est quinze fois plus fort quand on n’est plus seul avec son projet. Mais comprenez-moi bien : il n’est pas nécessaire que cette personne vous aide ou vous donne des conseils. Non, ce qui compte avant tout, c’est juste qu’elle croie en vous.
Using Format